3 Commentaires

What’s this?? (Part I)

Comme tu es sympa et que tu as bien voulu repasser par ici, je ne te fais pas patienter plus longtemps, je te parle de ma fameuse expo.

Bon, si comme moi t’es fan, t’auras reconnu l’illustration d’hier et tu sais de quoi il s’agit… Et tu vas me dire que j’arrive un peu après la bataille, que c’est bientôt terminé et que ça ne vaut plus le coup d’en parler. Déjà je t’arrêtes, je suis ici chez moi, je fais ce que je veux… Et pi j’aime parler des choses que j’aime… 🙂 Donc si t’es pas content, rentre chez toi, vilain! 😛

Au contraire, si la dernière photo de mon précédent billet ne t’as rien inspiré, tu peux rester! 🙂

————————-

Dis, tu aimes la poésie? Tu aimes les supers héros? T’as 2min là? Aller juste une petite pour la route…

Exposition Tim Burton à Paris

Stain Boy !!!! Si beau dans la lumière de ce dimanche ensoleillé!

Of all the super heroes,
the strangest one by far,
doesn’t have a special power,
or drive a fancy car.

Next to Superman and Batman,
I guess he must seem tame.
But to me he is quite special,
and Stain Boy is his name.

He can’t fly around tall buildings,
or outrun a speeding train,
the only talent he seems to have
is to leave a nasty stain.

Sometimes I know it bothers him,
that he can’t run or swin or fly,
and because of this one ability,
his dry cleaning bill’s sky-high.

Stain Boy by Tim Burton in TheMelancholyDeathofOysterBoy & OtherStories.

Et oui, tu l’as compris, nous avons profité de l’un des derniers week end de l’exposition Tim Burton qui se tient à la cinémathèque à Paris (depuis le 7 mars)  jusqu’au 5 août. Il te reste donc encore deux semaines pour aller fouler le sol du 5ème étage de cet étrange bâtiment en quête des trésors burtoniens! ^^

Par quoi commencer? Il y a tant de choses à dire, tant de choses que j’aimerais te montrer… mais extraire des souvenirs de son cerveau dégoulinant de SuperNaru n’est pas simple! Comme tu l’as compris, les photos étaient interdites (on s’en serait douté!) donc tu va avoir le droit à de la photo pirate, hors la loi, ainsi que des photos de presse prises ça et là … Roohhh boude pas hein, tu tapes une requête Google sur l’expo au MoMa et t’auras des vidéos alors arrête de chouiner! 

Je t’épargne donc le topo sur qui est Tim Burton, t’es grand, tu sais chercher tout seul! Et puis si je commence on ne va jamais s’en sortir!

J’accepte de te dire, par pur chauvinisme, que Paris est la seule ville européenne a avoir accueillit l’exposition, ce qui nous fait bien plaisir, il faut l’avouer! 

Et je me lance de ce pas, dans le fond de cet article :

L’étourdissant plongeon dans l’esprit bouillonnant et tordu de Mr Burton! 

Portes ascenseur cinémathèque

Les portes de l’ascenseur nous conduisant au pays des merveilles! ^^

Immersion immédiate garantie en rentrant dans l’ascenseur qui nous conduit au 5ème étage … La défunte mariée nous accueille de son grand regard mélancolique … Le temps d’une photo et nous voilà projetés dans un couloir paré de bandes verticales noires et blanches me rappelant ne me demandez pas pourquoi, Beetlejuice, mais aussi un peu les tentures des toiles de cirque. En même temps je suis un peu déçue, nous avons passé une porte basique, pas de bouche horribilo-clownesque comme j’ai pu voir sur le net … Bon ok on ne peut pas tout avoir mais bon, voilà quoi …

Première salle obscure, présentant des séries de polaroïds grand format, mettant en scène sa fameuse Femme Bleue, un drôle de cactus avec des yeux, un petit chien avec des bois … Une multitude de crânes grimaçants de Jack et Sally, des bras, des jambes rapiécés… Un vrai bonheur en somme!

Un vrai bonheur aussi d’écouter à la dérobée les réactions des autres curieux qui se pressent devant les oeuvres, ceux qui ne connaissent pas l’univers atypique de Burton et qui sont un peu choqués quand même de voir cet étrange bébé piqué de clous … (sérieux ça existe des gens qui ne connaissent pas du tout du tout l’univers décalé du maître?!)

Pièce suivante un peu plus grande, entièrement tendue de velour noir… On plonge dans un univers coloré révélé par la lumière noire. On se régale de peintures petit format nous plongeant dans un univers à la Beetlejuice. Un mur entier nous révèle une partie du bestiaire burtonien. Les enfants sont aux anges, et les adultes ne sont pas en reste. J’en connais même une qui utilise ce mur magique en fond d’écran … ^^ Notre oeil ne tarde pas a être attiré par une étrange machine fluorescente qui trône à la sortie de la pièce : un carrousel de Beetlejuice!! 🙂 Commandé spécialement pour l’exposition, d’après un dessin préparatoire pour le film, il diffuse une musique étrange qui porte une signature bien reconnaissable, celle de l’alter-égo musical de Tim Burton : Danny Elfman!

   

Fin de l’initiation, ceux qui ont pris peur ont fair demi-tour (personne donc!).

À la sortie de ce sas la lumière refait son apparition (avec parcimonie) , la foule aussi!

Une immense salle s’ouvre à nous, classant les oeuvres du génie par thème (animaux, clowns, pirates, couples, etc.). Notre œil est attiré par une foultitude de vitrines, de figurines, de dessins, d’écrans. Un extrait des entretiens avec Mark Salisbury (diantre pourquoi n’est-je donc acheté cet ouvrage à sa sortie?! Grrr) accompagne chaque changement d’univers, qui nous éclaire sur la manière qu’à eu Tim Burton d’aborder telle période de sa vie ou tel projet artistique. On se régale, on bave presque, et encore on n’a rien vu!

C’est une image de presse, ça se voit c’est vide!
Voyez ces formidables sculptures.

Des joyaux en tout genre.

Ici je retrouve avec délice un univers qui m’est cher depuis que j’ai découvert La triste fin du petit enfant huître et autres histoires … celui de Mummy Boy, Jimmy The Hideous Penguin Boy, The Girl With Many Eyes, Stain Boy et les autres.

Je veux les mêmes à la maison!

Un attroupement se forme devant le premier écran qui diffuse les aventures animées de Stain Boy; ça piétine, ça bloque et déjà l’Homme se sent à l’étroit. Heureusement les poèmes, esquisses, griffonnages et autres dessins sont suffisamment nombreux pour nous permettre de prendre notre mal en patience.

Plus loin dans un coin de la pièce, la maison de Stain Boy (encore lui!) dont on observe l’intérieur par de petites fenêtres … et la vision vaut le détour!

Mais à qui donc sont ces jambes ??

Les prochains dessins à ravir l’un de nous (je vise une « une » en fait!^^) seront ceux de Romeo & Juliet … qui ouvrent la voie à une multitude de personnages caricaturaux de la vie moderne telle Mothera, la super maman qui sait aussi bien s’occuper des enfants, que faire la popote, entretenir sa beauté pour son mari et mener plusieurs guerres de front.

  

On glousse de plaisir devant les carnets de croquis sous verre, on s’émerveille de trouver les trous des spirales sur les feuilles arrachées au gré des idées, on pousse des oh! et des ah! en son for intérieur face aux gribouillages qui regroupent sur la même surface, clowns, squelettes, grimaces…  tout un univers prend forme sous nos yeux. On contemple la genèse de l’Univers Burton!

  

Si le crayonné est encore relativement doux, l’atmosphère change rapidement en arrivant au coin (j’vous jure c’était dans un coin de la pièce! ^^) consacré aux aliens! Autant je ne suis pas une super fan de Mars Attacks!, autant j’ai adoré cet espace là! Coloré, vivant, certains dessins d’enfants ( car oui oui il y a des « oeuvres » exposées, exhumées de la poussière de la maison familiale et dont Tim avait oublié l’existence) retranscrivent tellement bien l’étrangeté enfantine que l’on retrouve aujourd’hui dans ses films. Et si les invasions aliens ne vous inspirent que peur et répugnance, avec pour toile de fond un monde gris envahit de végétation rouge (à La Guerre des Mondes de H. G. Wells) ou de petits hommes gris à gros yeux noirs, vous n’allez pas être déçus du voyage! Les soucoupes sont bien rondes et pleines de lumières, les envahisseurs arborent une jolie teinte verte, réhaussée de rouge et de jaune de-ci de-là … Certes ils étripent à tout va, mais ils ont au moins la décence de colorer le monde! ^^

—————–

Tu le sens, je raconte nimp’, je fatigue. Pour ma part, je vais donc t’abandonner là … pas pour que tu t’arraches les cheveux en hurlant « pourquoi? mais poouurrqquuooiiiiiiiiiiii elle ne met pas la suuuiiittteeee ?? », mais parce que la chaleur aidant, mes paupières tombent tout doucement. Je m’en vais donc aux pays des rêves, qui tu t’en doute, sont peuplés de travaux de l’ami Tim! 🙂

Rendez-vous demain pour la suite (et fin?) de cette expo fantastique (dans les deux sens du terme!).

Publicités

3 commentaires sur “What’s this?? (Part I)

  1. je le savait ! et la suite c’st bientot?

  2. Yoouuuhou, Roméo & Juliette, merchiiii – comprendra qui pourra 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :