2 Commentaires

La gifle.

Depuis toute gamine j’adore lire. Les romans, les BD, les publicités, les notices d’utilisation, les panneaux, les ingrédients sur les boites dans la file d’attente au supermarché, tout du moment que je m’ennuie. Et quand je ne m’ennuie pas je choisis en général des lectures qui correspondent à l’humeur du moment, capable de parcourir 3 ouvrages sur la même semaine tant il est important pour moi que cela colle à mon été d’esprit.

Bien entendu il n’en a pas toujours été ainsi. Comme tout le monde j’ai fais mon apprentissage, me cassant les dents sur des romans ennuyeux, butant sur un langage trop soutenu ou sur des histoires qui dépassaient ma conception du monde dû à mon jeune âge.

Je me revois sous mes couvertures avec ma lampe de poche, guettant les bruits de la maison pour ne pas être surprise et disputée à 3h du matin en train de suivre les aventures de mes héros au lieu de dormir (ce qui arriva une sacré paire de fois quand même… mon père ce grand homme ayant un pas silencieux! ^^). Je me revois plongée avec délice dans les caisses de romans que me mettait de côté l’une de mes tantes, tourner avec frénésie les pages de la bibliothèque rose pour suivre les aventures de Fantomette ^^. Parcourir l’immense bibliothèque de cette autre tante chez qui je trouvais mes premiers Stephen King et Mary Higgings Clark et avec qui je partage aujourd’hui le goût des lectures futiles sur les tribulations de jeunes écervelées qui dépensent trop d’argent.

Je me revois chercher dans le dictionnaire et dans l’encyclopédie familiale les termes et l’histoire de l’esclavage pour mieux comprendre la lecture de Racines d’Alex Haley. Je me souviens avoir pleuré sur le sort de Kunta Kinté et des siens du haut de mes 10ans.

Je frissonne encore de plaisir me rappelant avec délice le jour où j’ai déniché sur les rayonnages de la bibliothèque de mon école primaire James et la grosse pêche de Roald Dahl, puis plus tard le fantastique Charlie et la chocolaterie.

Ce qui me plait dans la lecture c’est ce sentiment d’abandon. Ouep j’ai vraiment l’impression d’abandonner pour quelques temps ma vie pour entrer totalement dans celle de mes héros! Je suis alors vulnérable, influençable, émotive à l’excès. Je vis leurs aventures et je pleure de leurs douleurs (ce qui fait bien rire l’Homme!). Comme ce dimanche il y a bien longtemps où j’ai dévoré Ensemble c’est tout d’Anna Gavalda. Cette fois là, impossible de lâcher ces 574pages de la journée, elles m’ont suivies dans mon bain, dans ma cuisine, dans mon lit. J’ai ris à gorge déployée puis pleuré à chaudes larmes et recommencé encore et encore. Et je reste très attachée à cet ouvrage qui est l’une de mes « bouées » en cas de vague à l’âme.

Et sentiment d’abandon il n’y a pas que dans les romans, quand j’ouvre un ouvrage de sociologie des pratiques culturelles ça me fait le même effet! J’abandonne ma vie devant la couverture et je me plonge dans le dédales de notions obscures, je fouine dans un autre ouvrage pour mieux comprendre ce que je lis dans le premier, et ainsi de suite! ^^

Tu l’auras compris, la lecture est un réel besoin pour moi, et avec le temps je pense savoir repérer les ouvrages susceptibles de me plaire ou non.

Le dernier ouvrage m’ayant d’ailleurs déçu était l’Évangile selon Satan (Patrick Graham) je crois bien… (oui j’ai eu ma période Templiers, secrets mystiques, etc…rohh c’est bon hein!).

Et puis j’ai lu La Gifle de Christos Tsiolkas…

Ce roman m’a longtemps fait de l’oeil, mais va comprendre pourquoi, tout comme Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows, je ne suis jamais passé à l’achat.

Et au final j’ai bien fait!

Je vais donc me griller définitivement dans la famille de l’Homme, puisque le prêt me vient de là, mais il faut être hônnète, je n’ai pas été touchée, je ne me suis pas sentie impliquée dans ce roman. Il traite pourtant de tas de sujets actuels, tels la violence, le racisme, l’acceptation, l’amitié, la colère, le pardon, le désir, on y trouve de l’alcool et de la drogue, des enfants rois et surprotégés élevés devant Sainte Mère La Télé, et pourtant rien, peau d’balle, je vais pousser le vice jusqu’à dire que j’ai été soulagée quand je l’ai enfin terminé!

Ce n’est même pas tant la vulgarité qui m’ennuie, ni les scènes crûes de sexe, non. Mais je trouve ce roman lent, trop lent. L’écriture est plate, facile, les dialogues manquent de profondeurs, le tout est un peu répétitif. 

Impossible de trouver un seul personnage attachant… On a pourtant un bel échantillon: un pètomane adultère, un alcoolique, un gay, une petite allumeuse,  une femme fatale, un couple de vieux immigrés… Tour à tour on suit leur vie et leur point de vue suite à cet « incident » dont se sert l’auteur pour déclencher son roman, cette gifle qu’un invité à osé donner à l’enfant d’un autre … Mais rien ne se passe, l’alchimie ne prend pas et l’on reste spectateur passif de ce triste spectacle qu’est la vie.

Sans rire, si je veux voir un monde laid, je n’ai qu’à allumer ma radio, ma télé, ou ouvrir ma fenêtre même… C’est amplement suffisant et je peux te dire que niveau brassage culturel là où j’habite, y’a de quoi écrire une étude en 3 volumes!

Et ne me dis pas que c’est parce que c’est un roman australien hein! J’ai regardé Hartley coeurs à vif moi, je me voyais déjà galocher le beau Drazic et tout alors arrête avec ton excuse de différence de cultures à deux balles! ^^

Nan c’est juste qu’entre La Gifle et moi ça n’a pas collé! C’est comme ça, ça ne passe pas à tous les coups, chacun a sa sensibilité, ses moments pour lire telle ou telle littérature, si ça se trouve dans 10ans en le relisant je le trouverais génial ce roman. Mais là non. C’est triste mais ça arrive. Et puis je ne vais pas chialer non plus, j’ai un p’tit roman qu’un client m’a prêté avant mes vacances à lire… ça sera peut-être une bonne surprise qui sait?! (oui je vis dangereusement les derniers temps, je lis des ouvrages que je ne choisis pas.)

Et toi tu lis quoi en ce moment?? On ne sait jamais, tu pourras peut-être m’inspirer … 

Et pour Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, ça vaut le coup que je me lance ou pas?

Bonne lecture à vous! 🙂

Publicités

2 commentaires sur “La gifle.

  1. Je ne peux m’empêcher de passer ici sans faire la promotion de ma nouvelle chouchoute, la romancière française Karine Giebel. J’ai lu « meurtres pour rédemption », un tout petit roman d’environ 1000 pages ;). Marianne a 20 ans et purge une peine de prison à perpétuité. Aucun espoir, juste 4 murs. Survivre…mais pour quoi faire? Et là on se dit « vindiou, 1000 pages juste sur ça? », et bin oui m’sieur dame, parce que la Giebel, elle est brillante. Alors c’est un roman dur (l’univers carcéral au féminin, la violence, l’inhumanité, etc…j’ai lu certains passages avec la main devant les yeux en disant « oh mon Dieu oh mon Dieu oh mon Dieu »), très dur, mais qu’est-ce que c’est bien écrit! Un vrai style, une vraie plume, c’est beau quoi.
    Et là j’ai commencé « juste une ombre », l’histoire d’une nénette en apparence sans histoire qui, un jour, en rentrant de soirée, se retourne et voit une ombre. Et à partir de là, cette ombre ne va plus la lâcher…ou bien est-ce seulement dans sa tête? Le style est moins littéraire à mon goût, mais je suis complètement accro ;).

    Voilà voilà, je recommande vivement!

    • Merci pour cette intervention DévouéeDodue! 🙂 Si cela t’intéresse, je t’ouvre une chronique pour que tu nous parle de tes lectures (car on l’aura remarqué moi mon truc c’est plutôt de raconter des conneries ^^)…

      Karine Giebel donc, connais pas. A tort de toute évidence! Quoi que s’il faut mettre la main devant les yeux en lisant … 😉

      Tu reviendras nous parler de Juste une ombre?? Dis oui dis oui dis oui! ^^

      Note que je suis aussi très intéressée par Les vacances d’un serial killer … tu me diras hein hein hein????

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :